Cycling4fans HOME | LESERPOST | SITEMAP | KONTAKT | ÜBER C4F












 

UCI-Antidoping-Maßnahmen



UCI kündigt härteres Vorgehen an (franz.)

 

Par ces lignes, nous aimerions vous faire part de quelques observations de la Comission antidopage et de la Comission Sécurité et Conditions du Sport (CSCS), au sujet de l’année 2003 et de quelques Projets pour 2004.

 

Controles urinaires

 

Durant la saison 2003, la Comission antidopage de l’UCI a procédé à 5 205 analyses urinaires, dont 546 contrôles pour l’EPO/NESP. Au total, 4 918 échantillons étaient négatifs. Dans 220 échantillons, une substance pouvant etre utilisée á certaines conditions   détectée (corticoïdes, bétamimétique, anesthétiques locaux). Ces cas ont été classés car les traitements étaient justifiée. Seulement 67 échantillons étaient « positifs » (substance  non autorisée ou absence de justifications térapeutique) et ont donné lieu à l’ouverture d’une procédure disciplinaire auprès de la fédération nationale du licencié concerné.

 

Le pourcentage d’´chantillons positifs en 2003 s’élevait à 1,28 %.

 

Tests sanguins

 

En 2003, plus de 3 000 tests ont été réalisés. La valeur moyenne de l’hématocrite enregistrée  a été de 43,9% pour le coureurs de la route, ce qui est bien inférieur aux valeurs enregistrées en 1997 et 1998 (45,5%). Bien qu’elle corresponde aux moyennes des sportifs de haut niveau décrites dans la littérature scientifique, elle est légèrement plus élevée que celle mesurée en 2002. La CSCS surveille cette évolution avec vigilance !

 

Pendant l’année 2003 on a observé quelques profils hématologiques anormaux, y compris dans les courses par étapes, et plutôt chez des coureurs ou équipes de niveau inférieur.

 

Même si heureusement il ne s’agissait que d’un petit nombre de coureurs, on est intervenu avec fermeté. On a interpellé le coureur (et son médecin) sur l’origine de cette anomalie, et, si la réponse ne nous satisfaisait pas, on lui a dit qu’il serait davantage controlé, ce qu’on a fait.

 

Cette démarche, nous allons bien écvidemment la poursuivre durant l’année 2004. De plus, grâce à la détermnation de l’hémoglobine et des réticulocytes, nous pouvons obtenir des renseignements qui, même s’ils ne sont pas une preuve formelle de dopage, son hautement évocateurs d’une manipulation interdite, soit par l’EPO/NESP, soit par la transfusion de sang.

 

Par conséquent, lorsqu’un coureur sera trouvé avec des valeurs anormales :

 

- il en sera informé par courrier ;

- son groupe sportif recevra une copie de l’information :

- il pourra également être convoqué à l’UCI pour s’expliquer sur l’origine de cette anomalie :

- il peut être déclaré inapte ;

- son nom sera inscrit sur une liste établie par l’UCI, afin qu’il puisse être soumis plus souvent à des contrôles sanguins et antidopage, à la recherche de l’EPO/NESP et transfusions sanguine :

- son nom sera inséré dans la liste des athlèttes devant fournir les renseignements sur leur localisation, afin de pouvoir être controlés hors compétition.

 

Ce genre de renseignement pourraient également être communiqués aux directeurs sportifs souhaitant engager un nouveau coureur, ce au même titre qu’on nous demande parfois si un coureur a été impliqué dans des cas de dopage.

 

Hémoglobine synthétique

 

Lors des contrôles sanguins effectués en 2003, nous avons recherché également la présence d’hémoglobine synthétique. Comme dans le passé, cette recherche n’a pas montré d’indices de l’utilisation de ce produit.

 

Il faut signaler que, vraisemblablement au courant de l’année 2004, un test antidopage sanguin, pour la détection des hémoglobines synthétiques, sera validé et mis à disposition. Il va de soi que nous n’hesiterons pas à l’introduire.

 

Transfusion sanguine

 

Récemment, une équipe de scientififiques australiens a mis au point un test pour la détection de la transfusion sanguine, capable de déceler une transfusion même à distance de plusieurs semaines. A ce moment, ce test n’a pas encore été validé en tant que test antidopage, mais ceci ne devrait pas tarder. D’ici là, il est dans notre intention de rechercher la présence d’une transfusion sanguine lors des prélèvements sanguins inopinés et  d’étudier des mesures adéquates en cas de résultats anormaux.

 

Hormone de croissance

 

Plusieurs chercheurs, qui travaillent sur la détection de l’hormone de croissance, sont en train de finaliser la mise en place d’un test antidopage sanguin. Au courant de l’année 2004, ce test aura vraisemblablement été validé et pourra être officiellement introduit, même sans préavis !

 

Nouvelles mesures

 

A l’instar du Code mondial antidopage établi par l’Agence mondiale antidopage (AMA), l’UCI introduira deux nouveautés, à savoir :

 

Autorisations thérapeutiques : pour pouvoir utiliser les béta-2-stimulants et les corticostéroïdes par voie non systémique, il faudra que le médecin, qui aura prescrit ces traitements, remplisse un formulaire ad hoc, qui devra être faxé le plus rapidement possible. Ceci ne remplacera pas l’inscription dans le livret de santé, qui sera maintenue, mais c’est la condition a remplir pour qu’un résulat positif dans les urines  ne donne pas lieu à l’ouverture d’une procédure disciplinaire pour dopage. Ce document sera également transmit à l’AMA, ainsi qu’aux autres instances qui pouront vous soumettre à un Contrôle antidopage (par ex. le CIO lors des JO d’Athènes). Nous allons prochainement introduire cette procédure afin de nous et vous y habituer, ce avant qu’elle ne devienne obligatoire de manière formelle.

 

Localisation des athlètes : les Fédérations internationales et les Comités nationaux olympiques vont établir une liste d’athlètes susceptibles d’être contrôlés hors compétition (cependant, même les coureurs ne figurant pas sur cette liste seront également contrôlés !!). Ces sportifs seront responsables de fournir tous les trois mois un planning détaillé et précis de leur localisation quotidienne, afin d’être atteignables pour des contrôles hors compétition. Le non-respect de cette obligation, ainsi que l’absence lors d’un contrôle inopiné, seront passibles de sanctions.

 

Les critères pour inclure les coureurs dans cette liste peuvent être entre autres :

- effectuer des performances « extraordinaires » ;

- avoir des antécédents en matière de dopage ;

- montrer des résultats urinaires / sanguins suspects ;

- bénéficier d’un attestation d’hématocrite naturellement élevée.

 


Gazzetta durchsuchen:

 
 
 
Cycling4Fans-Forum Cycling4Fans-Forum